La Nimzowitsch du pion-roi

Petite histoire

Avant l'avènement des analystes comme Steinitz et Nimzowitsch, les ouvertures se concentraient sur une seule idée : attaquer le roi adversaire. Les ouvertures à la mode étaient les parties ouvertes et le gambit du roi, deux types d'ouvertures qui justement ouvraient des lignes et promettaient un jeu assez violent. Or, après que Steinitz eut gagné le premier championnant du monde en 1886, les mentalités changèrent et les techniques de défense devinrent plus populaires. Par après, un courant, encore nommé de nos jours hypermodernisme, mené par des joueurs comme Réti, Tartakower et Nimzowitsch vit le jour et les ouvertures devinrent plus subtiles.

Centre de pion

Attaque sur le roi

Cette subtilité changea les mentalités. Les avantages positionnels prirent le dessus sur la brute attaque contre le roi adverse, attaque qui devenait de moins en moins probante puisque les joueurs devenaient de plus habiles défenseurs. Bien qu'elles aient été créées il y a de cela quelques années, les créations ingénieuses de ces joueurs sont encore d'actualité et sont encore jouées tant au plus haut niveau que chez les amateurs avec un haut taux de performance.

Alexis Langlois-Rémillard 

Date de dernière modification : le 6 décembre 2013

Page créée pour le cours De la puce aux TIC!

Contact : 1249677@cstjean.qc.ca